Archives programmation > 2002-2003 >
Retour
Menu
> septembre - octobre - novembre - décembre
> janvier - février - mars - avril - mai

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Programme septembre 2002 >

 

CONTE
Mercredi 18 à 15h pour les 6-12 ans
Crin Crin
par la Compagnie Pointure 23
Crin-Crin, la vièle à roue, cherche désespérément son maître ; elle rencontre des masques : la Dame, les trois brigands, l’Inventeur, le Prince ou cet ivrogne de Colonel. Une quête initiatique qui nous permet de découvrir des musiques traditionnelles ou contemporaines…


Programme octobre 2002 >

 

CONTE
Mercredi 2 à 10h30
Papoum et autres contes par Nathalie Le Boucher (pour les 3/6 ans)
INAUGURATION DE L'ANNEXE
Samedi 5 octobre
Groovy’sD animation par la Cie Soha
Jeux présentés par Oya
EXPOSITION à la nouvelle annexe
Du samedi 5 octobre au samedi 28 décembre 
Côté filles Côté garçons
Exposition Nikolaus Heidelbach
CONTE à la nouvelle annexe

Mercredi 9 à 15h
Malaki
par Gabriel Kinsa (tout public)
CONTE
Mercredi 16 à 15h
Couleurs d'Espagne
par Susanna Azquinezer (pour les 6/12 ans)
EXPOSITION
Du vendredi 18 octobre au 4 janvier 
Atlas des géographies d’Orbæ
de François Place

Atlas des géographes d’Orbæ de François Place
Exposition du 18 octobre au 4 janvier
Vernissage et conférence samedi 19 octobre à 17h

François Place a inventé en trois tomes, une aventure fantastique où se mêlent travail documentaire et fiction, où les planches qui accompagnent le récit dialoguent avec lui. 

Le projet de l'Atlas des géographes d'Orbæ est né d’une curiosité particulière pour les cartes anciennes et la littérature de voyage.
Du pays des Amazones jusqu’au pays des Zizotls, j’ai tenté de raconter, de A à Z, vingt-six pays imaginaires, mais édifiés cependant sur la mémoire des voyages en lecture et en images qui nous est laissée par ceux qui nous ont précédés.
Ces cartes merveilleusement imprécises produisent cette si troublante nostalgie d'un monde qui, non seulement n'était pas encore clos, mais se trouvait, du fait de la durée des voyages, infiniment plus vaste, plus divers, et sans doute beaucoup plus étrange.
La cartographie, à son tour, est le lieu de tous les récits. Partout le verbe afflue sous les bois, les rivières, les montagnes : nommer un lieu, quel qu’il soit dans le monde et quelle que soit la langue employée, c'est avant tout raconter une histoire.

François Place :

Rencontre
Samedi 19 octobre à 18h Les géographies imaginaires 
A l’occasion du vernissage de l’exposition, une conférence de François Place sur ses géographies imaginaires.

Exposition
Exposition co-produite par le CPLJ-93 et les villes de Bagnolet, Bobigny, Noisy-Le-Sec et Saint-Denis.
Conseiller artistique : François Place
Commissariat :Dominique Deschamps
Scénographie : Guy Baillet

L'auteur
François Place est né en 1957 à Ezanville, dans le Val d’Oise. Il fait ses études à l’École Estienne. En tant que dessinateur, il a également travaillé dans l’audiovisuel, la presse d’entreprise, l’édition et la publicité.

Son œuvre 
François Place est l’auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages :
Les Derniers Géants, Casterman, 1992
L’Atlas des géographies d’ Orbæ, Casterman-Gallimard, 1996, 1998 et 2000
Le Royaume de Kensuké et Jeanne d’Arc, Mickaël Morpurgo, Gallimard, 2000
Trèfle d’or, Jean-François Chabas, Casterman, 2001
Sur les traces de… Aladdin, Thierry Aprile, Gallimard, 2001
Siam, Daniel Conrod, Rue du Monde, 2002.

Quelques lectures ou sites à visiter :

>Quelques secrets d'Orbæ<
Texte de François Bon (dans François Place, illustrateur, Casterman, 2000) à télécharger au format .doc

François Place sur >Casterman<
Mini site consacré aux Atlas des géographes d’ Orbæ sur le site des éditions Casterman

François Place sur >Remue.net<
Présentation d’un côté moins attendu du travail de François Place : comme dans l'intérieur des secrets d'Orbae ouvrir une trappe plus secrète, où les personnages accèdent eux-mêmes à la parole, et cette parole pourrait être de théâtre, en tout cas elle est poème.

Une interview sur >Citrouille<
Propos recueillis par Thierry Lemaître pour L'Oiseau Lire (Évreux) Décembre 2000


Soirée RENCONTRES ET DÉBATS
Cycle Hors Limites

Samedi 19 octobre
François Place
et Catherine Gendrin, Moïse Fdida

à 17h Vernissage de l’exposition Atlas des géographie d’Orbæ et conférence de François Place Les géographies imaginaires

à 21h Contes infidèles par Catherine Gendrin et Moïse Fdida contes pour adulte
Deux voix se mêlent et voyagent dans l’effervescence des souks et la magnificence des palais de Bagdad. Elles nous chuchotent des histoires licencieuses où se mêlent désir et séduction, sexe et passion. Dans le grouillement de cette ville orientale se trament des rencontres adultères, des tromperies délectables, vécues dans le plaisir et l’humour. On y perçoit la ruse des femmes et la malice des hommes, la coquetterie féminine aussi tendrement agaçante que la mâle vanité. C’est un bouquet sensuel de mots et d’anecdotes exquises, qui s’offrent à vous. A effeuiller du bout des lèvres avec délicatesse et raffinement. Une mise en scène de Emma Tanquerel



Programme novembre 2002 >

 

CONTE
Mercredi 6 à 10h30
Contes par Christéle Pimenta (pour les 3/6 ans)
PROJECTION
Samedi 9 à 17h
Le dessous des cartes  :
Un seul monde
Documentaire de géopolitique présenté par Jean-Christophe Victor, réalisateur.

Le mois du film documentaire

Le mois du film documentaire est une opération nationale destinée à mettre en valeur les collections de films documentaires des bibliothèques publiques et des lieux de diffusion culturelle, en partenariat avec des salles de cinéma. Il est organisé par l'association Images en bibliothèques. La Médiathèque s’associe à cette manifestation en favorisant la rencontre des publics avec les films documentaires, leurs réalisateurs autour du thème du monde et de ses limites du point de vue des mondialisations, de la diversité et de la rencontre des cultures.


Le dessous des cartes

L'Émission :
Réalisé par Jean-Christophe Victor, Le Dessous des cartes, est un magazine géopolitique et cartographique produit et diffusé par ARTE. Cette émission propose une approche géopolitique du monde en train de se recomposer sous nos yeux. Car, dans ce monde en pleine mutation qui est le nôtre, les données de la politique internationale ont changé : des phénomènes nouveaux apparaissent et les enjeux se profilent. Ces évolutions exigent un regard différent.

Le film :
Un seul monde Réalisation : Jean-François Pahun
Au sommaire : Les origines, les instruments, les dérives de la mondialisation. Les États-Unis au cœur de la mondialisation. Crise asiatique : le miracle, du miracle à la crise…

Quelques lectures sur Internet :
>Les instruments de la mondialisation<

La mondialisation n’est pas une force supérieure tenue par un chef d’orchestre, mais une dynamique de liens. Mettant en parallèle cartes mondiales et cartes régionales, ce deuxième numéro de la série “un seul monde” traite des instruments qui ont fait naître la mondialisation : les réseaux humains, les réseaux technologiques, les transports de biens, de personnes, d’informations.

>Les dérives de la mondialisation<
La mondialisation est avant tout une dynamique de liens : commerce international, dérégulation, technologies, marchés financiers, paradis fiscaux et bancaires. Ces liens, les milieux de la criminalité financière les utilisent aussi... Après avoir analysé, les deux semaines précédentes, les origines, puis les instruments, ce troisième numéro cherche à croiser les mécanismes de la finance mondialisée avec l’énorme activité de la criminalité financière.

>Interview avec Jean-Christophe Victor : La Géopolitique pour tous<
Jean-Christophe Victor, directeur du LEPAC (Laboratoire d'Etudes politiques et Cartographiques), enseigne la géopolitique à l'Ecole de Guerre (Collège Interarmées de Défense) et à l'IIAP (Institut International d'Administration Publique). Réalisateur de l'émission Le Dessous des cartes.

>Arte, Le dessous des cartes<
Site de l'émission.

CONTE à la nouvelle annexe
Mercredi 13 à 15h pour les 5-10 ans
Jean des Pois verts
par Pierre Deschamps
C’est un vieux village, habité de vieux. Si vieux que jamais ils n’avaient pu avoir d’enfants... Pourtant de drôles de petits bonhommes vont y naître. Certains ne vivront pas longtemps, d’autres s’en iront défier les géants! Tel Jean des Pois verts, né de la métamorphose d’un petit pois en petit garçon. A celui-là rien ni personne ne résistera, ni les dents du loup, ni la cruauté des géants.
PROJECTION
Samedi 16 novembre 17h 
Le voyage de Charlie
Documentaire présenté par Stéphane Bégoin, réalisateur.

Le voyage de Charlie

Fiche
France-Canada 2002 / 52 MIN / NUMÉRIQUE / V.O. FRANÇAISE, INUKTITUT, SHIPIBO, ESPAGNOLE

Le réalisateur
Stéphane Bégoin

Le film
Charlie Nowkawalk est inuit et travaille à la conservation du patrimoine inuit. Confronté au délabrement de la société dans laquelle il vit, il veut retrouver et faire revivre les anciennes valeurs spirituelles de son peuple, et notamment le chamanisme. Malheureusement, dans l’arctique canadien, les traces vivantes de ce système social et religieux ont disparu. Au hasard d’une rencontre, il fait la connaissance de Questem Betsa, un chamane shipibo du Brésil. Questem Betsa l’invite à découvrir le chamanisme amazonien. Charlie accepte et part le retrouver. L’indien d’Amérique du Sud au secours de l’indien du Grand Nord de l’Amérique !

CONTE
Mercredi 20 à 15h
Mélusine
par Valérie de la Rochefoucault (pour les 6/12 ans)
PROJECTION
Samedi 23 novembre à 17h
Sud
de Chantal Akerman en présence de la réalisatrice.

Sud

Fiche :
Sud, documentaire, couleur, 70', 1999
Réal. : Chantal Akerman. Image : Raymond Fromont. Son : Thierry de Halleux. Mont. : Claire Atherton. Prod. : AMIP, Paradise Films, Chemah I.S., La Sept Arte, RTBF Carré noir, RTBF Liège, I.N.A. et YLE TV2, avec l'aide du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel et des Télédistributeurs wallons.

La Réalisatrice :
Chantal Akerman. Cinéaste belge (Bruxelles, 1950). Formée à l'école de cinéma de Bruxelles, l'INSAS, elle a commencé à très jeune à filmer. Adepte d'un "cinéma vérité", fait de scènes brutes, dépouillées des artifices de la mise en scène classique, Chantal Akerman a longtemps revendiqué sa différence, pratiquant un cinéma "d'art et d'essai" hors des contraintes du cinéma "commercial" (à l'exception d'un Divan à New York, en 1996, qui reste d'ailleurs pour elle un "souvenir amer"). Elle tourne son premier court métrage dès 1968: Saute ma ville, où elle joue le seul et unique rôle. Son premier long métrage, Hôtel Monterey (1972), très influencé par les recherches des cinéastes expérimentaux américains, fut notamment suivi par Je, tu, il, elle (1974), Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles (1975) où Delphine Seyrig tient le rôle d'une ménagère qui s'adonne à la prostitution occasionnelle, et les Rendez-vous d'Anna (1978). La force des partis pris formels de ses œuvres suivantes, à travers leur diversité de ton (apologue burlesque, essai documentaire, comédie musicale, chronique intimiste ou conte fantastique), confirme la voie exigeante qu'elle a choisi de suivre, en dépit de certaines critiques de "froideur" : Toute une nuit (1982), les Années 80 (1983), The Golden Eighties (1986). Déjà manifeste dans News From Home (1976), une certaine fascination – souvent critique – pour les États-Unis se retrouve dans la suite de son œuvre à travers Histoires d'Amérique (1988), Un divan à New York (1996) ou Sud (1999). Librement inspiré de La Prisonnière de Marcel Proust, La Captive (2000) lui permet d'aborder la thématique de la relation du personnage, de l'auteur et du narrateur par le biais de l'adaptation littéraire.

Le Film :
Etats-Unis, Texas, une certaine idée du Sud, collective et banale comme un puzzle troué de clichés disparates qui nous livre une géographie carte postale organisant une image culturelle de l'autre, réductrice et sécurisante : clichés ces mamas noires rebondies et qui se souviennent du temps de l'esclavage, clichés ces flics blancs propres, efficaces et emballés dans un drapeau, clichés ces noirs chrétiens voués aux négro spirituals et à l'apologie d'un Lord libérateur, cliché cette présence du klan, des red necks et cette suprématie arienne d'un Dieu blanc et vengeur...
Sud, le dernier film de Chantal Akerman, sacrifie à cette évidence du chromo, à cette iconographie d'un Sud codifié par les lieux communs du préjugé, mais c'est pour mieux nous surprendre et nous emmener derrière le masque du déjà vu, là où le regard perd toute complaisance et devient engagement.
Étirés, épurés à l'extrême, ces clichés s'annulent au niveau d'une compréhension immédiate et font sens dans ce qui les réunit et les construit comme instants d'une seule démarche.
Toute l'aventure de Sud tient dans cette époustouflante construction d'un point de vue qui se situe et s'élabore derrière les images, dans cet effondrement du banal et du connu où émotion et pensée se confondent en un même bouleversement et une même mise en cause de notre réalité.

Mise en scène :
Akerman ne montre pas le réel, elle le met en scène, en jeu, en risque pour nous amener, nous spectateur, à faire l'expérience et l'apprentissage d'un refus de l'indifférence et de la résignation. Il y a chez elle un art de l'implication qui nous met en mouvement et un génie de la narration qui nous emporte loin de nous et nous amène à revoir ces évidences que nous prenions pour nos vérités. En l'espace d'un film, à partir d'un fait divers monstrueux mais devenu simplement ordinaire, la mise à mort d'un Noir par des extrémistes blancs, Akerman réussit le tour de force d'abolir distance, frontière, différence en nous éveillant à d'autres complicités, en nous élevant à ce que nous avons de plus beau et de plus profond, notre sens du vivant. Ici pas d'appel à notre responsabilité citoyenne, pas de dénonciation du racisme, pas de culpabilisation pour notre engourdissement social mais une mise en empathie qui nous lie et nous relie au reste du monde, nous donnant ce désir d'y prendre pied et quelque part de l'affronter et de lutter pour ce qu'il est : notre vie.
Superbe volonté de dire et de transmettre, Sud est un film essentiel parce qu'il est de l'ordre de la transformation, au sens où comme il se termine, nous avons changé et que ce changement, Akerman l'a voulu directement dans la sensibilité de notre chair, dans la fragilité de notre pensée, et ce faisant, il dépasse et de loin l'expérience de la vision d'un film.
Philippe Simon (>www.cinergie.be<)

Quelques lectures sur Internet :
>Entretien<
avec Chantal Akerman à propos de son film La Captive
Entre ballade soul et trip pictural bressonien, La Captive est certainement le plus beau et le plus mystique des films français de cette année. Chantal Ackerman filme non pas le dégoût mais plutôt le pessimisme amoureux comme pour souligner la légèreté et l'aigreur des romances actuelles. Libre comme un poète du dix-huitième siècle, étonnante comme une actrice brechtienne, elle nous reçoit et nous livre sa plus belle déclaration, celle d'une passionnée…

RENCONTRE
Samedi 30 novembre à 17h
Nous recevons l'écrivain chilien Luis Sepulveda

Rencontre littéraire
Luis Sepúlveda
Samedi 30 novembre à 17h dans l'auditorium

Cette rencontre sera accompagnée de lectures de textes par des comédiens.

L'auteur 
Luis Sepúlveda est né en 1949 à Ovalle, dans le nord du Chili. Étudiant, il est emprisonné en 1979 sous le régime de Pinochet pendant deux ans et demi. Libéré puis exilé, il voyage à travers l’Amérique latine et fonde des groupes théâtraux en Équateur, au Pérou et en Colombie. En 1978, il participe à une recherche sur l’impact de la colonisation sur les populations amazoniennes et passe un an chez les indiens shuars. Depuis 1996, il vit dans le nord de l’Espagne à Gijón (Asturies). Ses œuvres sont aujourd’hui mondialement connues. Il écrit des chroniques régulières dans le quotidien espagnol, El Pais.

Ses écrits 
Le vieux qui lisait des romans d’amour, son premier roman traduit en français, connaît un très grand succès dans le monde entier et est traduit en 35 langues.
Derniers ouvrages parus aux Editions Métailié :
Journal d’un tueur sentimental
, 1998
Hot Line, 1999
Le Monde du bout du monde, 1999
Yacaré, 1999
Les Roses d’Atacama
, 2001

Quelques liens Internet :
Biographie, bibliographie et liens Internet sur le site >bibliomonde.com<



Programme décembre 2002 >

 

CONTE
Mercredi 4 à 10h30 pour les 3-6 ans
Petites Fées des Alpes
par Françoise Richard
Les fayes ou fades, fées de Savoie, sont toutes petites, elles sont laborieuses et parties prenantes de toutes les activités agricoles, ménagères et pastorales de cette région, elles peuvent être mariées et avoir des enfants.... C’est en lisant des livres dans une bibliothèque que je me suis mise à rêver d’elles... et me voilà partie à la recherche de leurs traces. De village en village, toujours plus haut, traversant les troupeaux, au beau milieu des herbes de la montagne, les paysans rencontrés évoquent les histoires fugitives, vagabondes comme elles...

Soirée RENCONTRES ET DÉBATS
Cycle Hors Limite

Mardi 10 décembre
Pascale Casanova
et Jacques Rebotier

à 19h " Littérature et mondialisation " Comment peut-on aborder la littérature aujourd’hui ? Rencontre avec Pascale Casanova

à 21h " L'Adieu aux rochers " Lecture-spectacle. Mise en voix d’un texte de Jacques Rebotier, Comédien Alain Fromager


Pascale Casanova
Littérature et mondialisation

Comment peut-on aborder la littérature aujourd’hui ? Comment penser le phénomène littéraire à un moment où l'on peut se demander si la littérature n’est pas le seul lieu où la mondialisation n'existe pas ? Comment la langue est-elle le véhicule d'échange par excellence ? Ne peut-on pas se demander si elle ne construit pas le réel ? Pour être lu, l'écrivain, quelle que soit son appartenance, ne doit-il pas surmonter de multiples frontières ? Comment l'écrivain accède-t-il à l'universel quand il est contraint, dès le départ, par sa langue, ses conditions économiques et politiques ? Pascale Casanova propose de nouvelles méthodes de lecture de la littérature mondiale où, comme dans d'autres domaines, règnent l'inégalité et la loi des plus forts. Elle en montre les effets en s'attachant à ceux qui sont parvenus à s'affranchir de cette loi.

L'auteure :
Écrivain et critique littéraire, auteure de La République mondiale des lettres. Histoire structurale des révoltes et des révolutions littéraires (Seuil, 1999). Elle a écrit également dans le Monde Diplomatique et est productrice de l’émission Les jeudis littéraires sur France Culture 

Quelques lectures sur Internet :
>Une mondialité nommée littérature<
par Patrice Fardeau (Entretien avec Pascale Casanova)
Pascale Casanova propose de nouvelles méthodes de lecture de la littérature mondiale où, comme dans d'autres domaines, règnent l'inégalité et la loi des plus forts. Elle en montre les effets en s'attachant à ceux qui sont parvenus à s'affranchir de cette loi. 
Magazine Regards, décembre 1999

>Faut-il avoir peur de la mondialisation ?< par Olivier Le Naire
Notre littérature s'ouvre aux influences étrangères. C'est une chance, mais une menace se profile: la course aux best-sellers conduira-t-elle à la standardisation du livre?   
Magazine Lire, mars 1999

>La littérature< est menacée par Daniel Bermond
Le philosophe Paul Virilio n'est pas optimiste. Il craint que la mondialisation soit une manière d'en finir au plus vite avec le monde que nous connaissons.
Magazine Lire, mars 1999

>Un marketing incertain< par Daniel Bermond
Oui, il y a des techniques de vente des livres et des services de marketing dans les maisons d'édition. Quant à savoir s'il existe des recettes pour faire un best-seller...
Magazine Lire, mars 1999

L'ensemble de ces textes en format >.doc<


Lecture-spectacle
L'Adieu aux rochers

Texte et mise en scène Jacques Rebotier
Comédien Alain Fromager

"C'est pourquoi dans son immense sagesse, l'homme, après bien des tâtonnements (pouvoir absolu, oligarchie, loto-casino, démocratie, yoyo?) en vint à adopter le seul régime qui vaille : la plutocratie. Non pas la ploutocratie, qui est le gouvernement par l'argent des plus riches, mais la plutocratie, qui est le gouvernement par Pluto.
Pourquoi Pluto , et pas Goofy ? Parce que Goofy est un homme à tête de chien qui parle l'homme. Pluto est un chien qui parle chien. Dont acte."
Jacques Rebotier

Le texte :
Sans cesser de zapper sur sa télévision, entre les images d'un journal télévisé et les dialogues langoureux d'une sitcom, un homme vitupère. Dans son monologue halluciné affluent les mots d'aujourd'hui ne disant plus que la circulation des monnaies et la fluctuation des valeurs : dans cette toute puissance de la liquidité, le dollar flotte et nos consciences se noient dans une mobilité vertigineuse. Se précipitent les images qui occultent la réalité. Se posent des questions que nous nous posons aujourd'hui. Monte un chant plus obscur dans la langue. Et vient comme un désir de résistance ou de nostalgie : ne nous laissons pas noyer par l'afflux des images et des mots, soyons des rochers.
Un extrait sur le site >inventaire-invention<

Référence de lecture :
Jacques Rebotier, Vengeance tardive (Éditions Les Solitaires intempestifs), pièce de théâtre dont L'Adieu aux rochers est adapté (en monologue), et dont Alain Fromager fut un des créateurs. De nombreux passages sont originaux.

L'auteur :
Poète, homme de théâtre et compositeur, Jacques Rebotier construit une œuvre poétique originale, musicale, joyeuse et joueuse, parodique et critique, sensible à la matière des mots comme celle des rêves, comme pour mieux nous entraîner en dehors du cadre de nos habitudes de pensées. 

Son œuvre
Il a notamment fait paraître Litaniques (Gallimard, 2000), Le Dos de la langue (Gallimard, 2001), Le Désordre des langages, 1, 2 et 3 (Les Solitaires intempestifs, 1998-2000) ainsi que ses pièces de théâtre : Le Chant très obscur de la langue (Éditions Ulysse fin de siècle, 2001) et Le théâtre est un théâtre (Harpo &.)

Pour en savoir plus :
Voir le site de >Jacques Rebotier et de la compagnie voQue<

CONTE
Mercredi 11 à 15h pour les 6-12 ans à l’annexe
Contre vents et marées
par Eugène Guignon
Sur l’eau, dans l’eau, Contre vents et marées est dédié à la mer. Au fil des histoires vous croiserez un farfadet surfeur, un ogre des mers, le petit Furet-pêcheur invétéré, des ondines, des elfes. Un voyage dans un bateau imaginaire, mais bien présent, avec son capitaine qui vous embarque dans ses histoires et ses contes avec une belle générosité, une pointe de poésie et souvent un humour très communicatif.
CONTE
Mercredi 18 à 15h pour les 6-12 ans
Soslan le lumineux
par Gilles Bizouerne


Programme janvier 2003 >

 

CONTE
Mercredi 8 à 10h30 pour les 3-6 ans
La Stregga Nonna
par Isabelle Jacquemain
Où il sera question... 
Du grand Antoine qui, à cause de sa curiosité pour la sorcellerie, engloutira tout un village sous les pâtes... 
D'une petite fille trop gourmande qui aura bien du mal à échapper à son oncle loup... 
D'un petit garçon qui devra faire face à une sorcière archisorcière qui ne pense qu'à la mettre dans son pot-au-feu... 
D'un loup qui a tellement faim qu'il finit par avaler la crotte d'un raton-laveur...
D'une mouche un peu alcoolique qui adore et qui réussira à enivrer le monde entier...
EXPOSITION à la nouvelle annexe
Du vendredi 10 janvier au samedi 5 avril
La Terre est ma couleur
par conçue et mise en pages par Alain Serres, illustration de Zaü

La Terre est ma couleur

Exposition conçue et mise en pages par Alain Serres, illustration de Zaü, une production  Rue du monde, 2000.

Les 14 affiches de l'exposition invitent les enfants de 7 à 12 ans à aller vers les autres, quelles que soient leurs différences, dans le respect de leurs droits. Chaque affiche présente des documents et des photographies ainsi que des questions qui interpellent les enfants et les encouragent à exprimer leurs sentiments, leurs opinions...

EXPOSITION
Du vendredi 10 janvier au samedi 1er mars
BD, Tendances noir : Exposition des œuvres de Dix bédéastes 
Vernissage le samedi 18 janvier 17 h en présence des artistes.

BD, Tendances noir

Quand le noir se fait couleur, quand le noir devient matière, c’est un monde qui apparaît, où le réel est souvent sombre.

Cette exposition, présentée à l’occasion du 18ème Salon du livre et de la presse de jeunesse en Seine-Saint-Denis, mettra à l’honneur une dizaine d’auteurs, maîtres d’hier et d’aujourd’hui de ces Tendances Noir. A l’aide de planches, de mini-interviews vidéo, de croquis mettant en valeur les moments forts du travail de chacun, elle donnera les clefs pour entrer dans l’univers intime de ces bédéastes.

Exposition co-produite par le >CPLJ<, la ville de Paris et Noisy-le-Sec.

Vernissage le samedi 18 janvier 17h


Quelques sites :
>BD Paradisio<

Edmond Baudoin

Né en 1942 à Nice, il suit les cours du soir aux Arts décoratifs de Nice. Il commence sa carrière en 1971 quand il quitte sa place de cadre pour se consacrer entièrement au dessin. Sa rencontre avec les éditions Futuropolis en 1981 qui va permettre de faire connaître véritablement son talent. Depuis, il engrange les prix de nombreux festivals et , consécration, enseigne le neuvième art à l’université du Quebec.

Chroniques de l’éphémère, Six pieds sous terre, 2000
Salade niçoise, l’Association, 1999
Le chemin aux oiseaux, Seuil, 1999
Les quatre fleuves, Viviane Hamy, 2000
Taches de jazz, le neuvième monde, 2002


Alberto Breccia

Né en 1919 à Montevideo, en Uruguay, il s’installe avec ses parents à Buenos Aires. Breccia s’implique beaucoup dans la BD réaliste d’avant guerre (il puise notamment son inspiration dans les BD de Milton Caniff). Après guerre, il enseigne aux côtés d’Hugo Pratt à l’école Panaméricaine d’art. En 1966 il ouvre sa propre école d’art graphique. Entre temps, il a rencontré Oesterheld avec qui il réalise de véritable chefs d’œuvres. Ce dernier est éliminé par la junte militaire au pouvoir et Breccia est réduit au silence durant toute la dictature. En 1984, il publie Perramus qui relate cette période terrible. Il décède en 1991.

Perramus, série en 4 tomes, Glénat
Mort Cinder, série en 2 tomes, Vertige Graphic, 1999
Buscavidas, Rackham, 2001
Che, Fréon , 2001
Dracula ,Les Humanoïdes Associés


Quelques sites :
>Bio / Biblio<
(BD Paradisio)
>Un site perso< (Colombine)

Christophe Chabouté

Né en 1967, il suit les cours des Beaux-Arts d’Angoulême et de Strasbourg. Il publie ses premières planches en 1993 mais c’est la sortie en 1998 de Sorcières et de Quelques jours d’été qui le fait remarquer et notamment ses talents de conteurs et sa maîtrise du noir et blanc. La plupart de ses bande dessinées ont été primées dans les festivals les plus prestigieux.

 

Quelques jours d’été, Paquet, 1998
Zoé, Vents d’Ouest, 1999
Pleine lune
, Vents d’Ouest, 2000
Sorcières, Vents d’Ouest, 2001


Quelques sites :
>Bio / Biblio / Liens<
(BD Paradisio)

David B.

Né en 1959 à Nîmes, il fréquente l’Ecole d’Arts Appliqués Duppéré à Paris puis les cours de BD de Georges Pichard. Il collabore à plusieurs revue avant de rejoindre Futuropolis. Sa carrière se poursuit chez l’Association dont il est un des auteurs les plus remarqués. David B alterne le travail de scénariste et de dessinateur, voire réalise seul certains albums. Son arrivée dans la collection Poisson pilote de Dargaud le consacre définitivement en élargissant son lectorat.

L’Ascension du Haut Mal ,l’Association, Série en 6 tomes à partir de 1999
La Lecture des ruines
, Dupuis série, 2001
Le Cheval blême, l’Association, 1992
Le Capitaine écarlate, Dupuis, 2000
Urani, Dargaud, 2001


Quelques sites :
>Fiche auteur<
(BDnet)
>Thelonious Monk<

Louis Joos

Louis Joos est né à Bruxelles. Très tôt passionné par l'image, il a fait ses études à l'Académie des Beaux-Arts de sa ville natale. Il est aujourd'hui professeur à l'Académie de Boitsfort à Bruxelles, dessinateur de bandes dessinées et illustrateur de livres pour la jeunesse.
L'album de Rascal Escales, est le reflet du talent de Louis Joos, il y présente de magnifiques illustrations, mélangeant les techniques en usant de fusains, d'aquarelles et de peintures à l'huile.
Les bandes dessinées de Louis Joss, destinées plus particulièrement aux adultes, sont nourries d'atmosphères lourdes et d'ambiances enfumées et se déclinent en noir et blanc.

Le Colaxa, Futuropolis, 1982
Saxo cool
, Futuropolis, 1984.
Foutue croisière, Futuropolis, 1985.
Le mal de l'espace, Futuropolis, 1986.
Musique de nuit, Futuropolis, 1987.

Arthur Conan Doyle, Horreur pastorale, Futuropolis, 1984.
Ostande-Miami, Ice Crim's, Andrieu1984.
Aïcha, Yann lénat, 1990.
La Dame, Marc Villard, Futuropolis, 1991.


Quelques sites :
>Interview 2002<
à la Médiathèque
>Les Exilées,
histoires<
(critique sur Lire)

Kamel Khélif

Kamel Khélif est né à Alger en 1959, il vit à Marseille depuis 1964. Mécanicien tourneur, puis dessinateur industriel, animateur de quartier, tels sont ses métiers jusqu'en 1990, où, comme il le dit : " le dessin l'a regagné ". Depuis cette date il est dessinateur, auteur de bandes dessinées.
Ces tableaux sont noirs, mais si vous lui demandez s'il est pessimiste, il répond : " si je l'étais, est-ce que je continuerais à faire des dessins ? ". A son propos, un autre bédéaste, Edmond Baudoin a dit : " avec Kamel, ce fut un choc, les mots me manquaient pour dire mon admiration ".

Homicide, scénario de Amine Medjdoub, Z'éditions, 1995
Le Prophète
, texte de Khalil Gibran, Z'éditions, 1995
Les Exilées, histoires, texte de Nabile Farès, Amok, 1999
La petite fille qui aimait la chaise de Van Gogh, texte de Nabile Farès, Amok, 2001.


Quelques sites :
>Casterman<

>BD Paradisio<

José Munoz

Né en 1942 à Buenos Aires, il découvre très jeune la bande dessinée. Sa formation artistique se fait sous la double influence de Cerantonio (très hostile à la bande dessinée et fervent défenseur de l’école italienne qui privilégie un trait pur) et de Breccia (tête de file de la bande dessinée latino-américaine au trait très expressif). Fortement inspiré par Pratt, sa rencontre avec Sampayo marque l’assise de son style et son œuvre est récompensé par le grand prix du festival de BD de Blois.

Billie Holiday, Casterman, 2000
Alack Sinner
, Casterman, série en 9 tomes
Les Damnés de la pampa, Vertige Graphic, 1997
Automne et printemps, Amok, 1998
Panna Maria, Casterman, 1999

Stefano Ricci

Né en 1966 à Bologne (Italie), cet artiste investit également d’autres champs artistiques (théâtre, danse, cinéma...) à partir de son dessin. Cofondateur de la revue Mano qui se propose de faire le lien entre dessin et littérature. A participé à de nombreuses expositions collectives. Nominé pour le prix "Compasso d’Oro" en 2001.

Dépôt noir, série en 2 tomes, 2002, Fréon
Tufo, Amok
Anita, Fréon


Quelques sites :
>Interview<
(AtelierBD.com dans espace détente)
>Gloria Lopez<
(BD Paradision)

Thierry Van Hasselt

Né en en 1970, il suit des cours à Saint-Luc (Bruxelles) puis travaille dans un atelier de gravure. Scénariste et dessinateur, les difficultés de publication l’entraînent à co-fonder les éditions Fréon.

Gloria Lopez, Fréon, 2000

CONTE
Mercredi 15 à 15h pour tous à l’annexe
Ama. La Belle aux dents de diamant
par Taxi Conteur
Ama est une jeune fille à la beauté inégalée sur terre, sous terre, et dans les cieux… Une beauté cependant peu banale puisque Ama n’a pas de dents. A la recherche de celles-ci, elle rencontrera la tortue et sa carapace, verra la naissance de l’étoile filante, assistera à la disparition de Kwêku-le têtu et au bout du compte, elle épousera un prince charmant.
CONTE
Mercredi 22 à 15h pour les 6-12 ans
Sur le toit du monde
par Sophie de Meyrac


Programme février 2003 >

 

Soirée RENCONTRES ET DÉBATS
Cycle Hors Limites

Mardi 4 février
Jean-Luc Raharimanana et Hamed Bouzzine

à 19h Littératures du Tout-Monde Carte blanche à Jean-Luc Raharimanana

à 21h Trans... contes par Hamed Bouzzine et Slimane Kouidri


Carte blanche à Jean-Luc Raharimanana
Mardi 4 février à 19h dans l'auditorium

Littératures du Tout-Monde
Rencontre avec des écrivains et lectures de leurs textes par des comédiens sur le thème : Quelle idée se fait du monde la littérature ?

L'auteur
Jean-Luc Raharimanana, écrivain et professeur d’origine malgache est connu du public de la Médiathèque. Il était notamment à l’origine des rencontres Afrique : tracées et écritures en 2001 et Arabesques, les figures du dire en 2002, qu’il a également animées.

Voir aussi dans la rubrique Atelier  :
Hainteny, Haisoratra ou la fabrique de paroles et d’écritures
Atelier animé par l'écrivain Jean-Luc Raharimanana
Téléchargez la plaquette en >.pdf< ou en >.doc<

Sa Biblio
Landisoa et les trois cailloux, Éditions Edicef, 2001
Nour 1947, Le Serpent à plumes, 2001
Littérature malgache, Études coordonnées par J-L Raharimanana aux Éditions Argo, 2001
Lucarne, Le Serpent à plumes, 1999
Rêves sous le linceul, Le Serpent à plumes, 1998

Liens Internet
Petit dossier sur >Échos du Capricorne< : Biographie, bibliographie et entretien
Le site des >Éditions du Serpent à plumes<

CONTE
Mardi 4 à 21h pour ados et adultes
Trans(e)
par Hamed Bouzzine
Hamed Bouzzine accompagne les actions culturelles de la médiathèque depuis son ouverture. De soirées contes en ateliers avec les enfants, il nous a déjà emmenés dans bien des pays lointains, des histoires étonnantes, des récits étranges. Trans(e), son nouveau spectacle sera présenté pour la première fois à la médiathèque.
Né à la lisière du Sahara où vivent les Berbères Tachelhit. Il crée son répertoire à travers le patrimoine du désert et le vaste domaine des légendes, des épopées, des mythe berbères, touaregs et arabes. Musicien, il allie la parole à la musique : ses instruments jouent avec et sur les mots. La musique se transforme en parole, la parole devient chant.
CONTE
Mercredi 5 à 10h30 pour les 3-6 ans
Jacques et le haricot magique
par François Vincent
CONTE
Mercredi 26 à 15h pour les 6-12 ans
La guerre des corbeaux et des hiboux
par Isabelle Sauvage


Programme mars 2003 >

 

CONTE à la nouvelle annexe
Mercredi 5 mars 15H
Les contes de la pierre magique
par Claire Bartoli (pour les 6/12 ans) 
RENCONTRE MUSICALE
Jeudi 6 mars 19h
Danyèl Waro
Musicien réunionnais à l'origine de la renaissance du maloya
en s@voir plus sur le site de >Banlieues Bleues<
CONTE
Mercredi 12 mars 10H30
Contes du Maghreb
par Malika Halbaoui (pour les 3/6 ans) 
EXPOSITION
Du mercredi 12 mars au samedi 17 mai
Don Juan, ivre d'images
Exposition Figures Futur 2002, illustrateurs de demain

Figures Futur 2002
Don Juan, ivre d'images
Du jeudi 12 mars au samedi 17 mai 2003


Le Prix Figures Futur 2002 est revenu à Xenia Lassak pour des illustrations de Don Giovanni de Lorenzo Da Ponte

Le Prix du public adultes :Anita Andrzejewska / Andrzej Pilichowski-Ragno d'après Don Giovanni

Le Prix des médiateurs : Virginie Jamin  d'après Le docteur Havel vingt ans plus tard

Le Prix du public enfant : Sergio Mora
Illustration d'après Don Juan, l'abuseur de Séville et l'invité de pierre
 
Les images qui figurent dans cette exposition sont l'œuvre d'illustrateurs débutants, jeunes ou moins jeunes, autodidactes ou étudiants d'école d'art, qui, de tous les continents, ont participé à la huitième édition du concours Figures Futur. Ce concours est organisé tous les deux ans par le CPLJ-93 afin de soutenir la création dans le domaine de la littérature jeunesse. Il est destiné à permettre à des talents naissants d'explorer des formes nouvelles, de faire vivre leurs imaginaires, en s'appuyant sur de grands textes littéraires. Le thème 2002 était centré autour de la figure de Don Juan, telle qu'elle a évolué à travers les siècles sous la plume de Tirso de Molina (1630), Lorenzo Da Ponte et Wolfgang Amadeus Mozart (1781), Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1812), Ödon von Horvath (1936), Max Frisch (1953) et Milan Kundera (1963/69).

Les six membres du jury, qui ont choisi de mettre en avant le travail de cinquante-trois illustrateurs sur plus de 700 concurrents, ont, en outre, attribué un prix à Xenia Lassak. Le jury a été séduit par la simplicité et le mystère, le véritable univers qui apparaît dans ce travail malgré des maladresses dans la manière de dessiner. Il a apprécié la sobriété des moyens mis en œuvre et l'efficacité narrative.

Exposition coproduite par le Conseil Général de la Seine-Saint-Denis et le CPLJ-93.

RENCONTRE LITTERAIRE
Jeudi 20 mars 18H30
Nous recevons l'écrivain togolais Kossi Efoui
Dialogue avec Jean-Luc Raharimanana

Kossi Efoui
Jeudi 20 mars 18h30 dans l'auditorium

L'auteur
Kossi Efoui est né en 1962 au Togo. Sa participation aux mouvements étudiants des années quatre-vingt, durement réprimés par le régime, le conduit à se réfugier en France. Passionné de théâtre, il publie plusieurs pièces, dont certaines sont jouées avec succès sur les scènes européennes et africaines. Après la publication de son premier roman, La Polka (seuil, 1997), il est "invité" par le gouvernement togolais à regagner son pays. Ses amis restés sur place lui déconseillent formellement. Il vit actuellement en France.

Autre publication :
La fabrique de cérémonies, Seuil, 2001

Lien Internet
Kossi Efoui sur >afrology.com<

CONTE
Mercredi 26 mars 15H
Contes et légendes d'Espagne
par Tania Lopez Sierra (pour les 6/12 ans)  
Tania nous raconte des histoires mystérieuses, vives en couleurs et chargées des parfums de l'Espagne ou de l'Amérique Latine. Les aficionados de la péninsule ibérique seront ravis d'écouter cette conteuse qui nous emmène visiter ses "Châteaux en Espagne".


Programme avril 2003 >

 

CONTE
Mercredi 2 à 15h pour les 6-12 ans à l'annexe
Sous le palmier
par Hamadoun Tandina
"Sous le palmier" se croisent différents personnages et animaux de la vie quotidienne africaine. Le brave Samba y rencontre une jeune sorcière nommée Pélagie, elle-même accueillie par une hippopotame malicieux et bienveillant. La voix du tam-tam et de la calebasse rythment ces récits colorés et parfumés de l'Afrique en marche …
>En s@voir plus sur son site Internet<
CONTE
Mercredi 23 à 10h30 pour les 3-6 ans
Portraits de famille
par Carole Gonsolin
Carole Gonsolin fait partie de ces artistes qui ont puisé leur inspiration dans la littérature, le cinéma ou la musique autant que dans la tradition orale.
Portraits de famille, c'est comme dans l'album de famille, des instantanés de vie, ceux du quotidien... Le p'tit dernier en larmes, le genou écorché. L'aînée des cousines a dix ans, pas encore obèse. La tante Emma au sourire désinhibé après l'apéro du repas de famille dominical. Mais aussi les petits souvenirs qui font les grands moments...


Programme mai 2003 >

 

CONTE
Mercredi 14 à 15h pour les 6-12 ans
La vie à pleines dents
par Isabelle Sauer-Carlier ou mille façons de savourer le temps qui passe, que l'on soit ogresse, fille à marier ou beau-frère du diable.